Sélectionner une page

Crédit en Suisse

À côté des questions sur la fiscalité en Suisse ou encore les autres préoccupations liées à l’aspect financier de la vie quotidienne, mais aussi de la vie professionnelle, le monde de l’investissement et des activités productrices de revenus par les biens et services, vient en parallèle le thème du financement ou du crédit privé. On parle aussi et beaucoup plus souvent de crédit personnel à la consommation. Peu importe la manière dont on les qualifie, il s’agit bien évidemment du prêt personnel pour particulier. 

Il est important d’aborder ce qu’il en est de façon précise en Suisse, car chaque pays a ses propres réalités vis-à-vis de ces types de crédits et cela dépend en fait grandement du système légal qui encadre ces solutions qui, admettons-le, s’avèrent très souvent efficaces quand on parle de financements de projets nécessitant de grands travaux relatifs à ces demandes de crédit. Mais cela peut aussi correspondre à l’achat d’une auto ou si l’exemple de l’auto est trop évident tout autre achat qui demande un emprunt ou à un prêteur de financer. Si lesdites solutions ne représentent pas la seule chance qui se présente pour la personne intéressée de réaliser son projet d’investissement, quel que soit le domaine où il se trouve.

Bien évidemment, ces solutions ne sont pas sans risques et ce n’est malheureusement pas tout le monde qui peut profiter de contracter un prêt sous forme de crédit sachant que le remboursement est accompagné par l’application d’un taux d’intérêt. C’est toujours le remboursement et le coût qui peut décourager la concrétisation d’un projet. Le coût est à considérer dans tous les aspects du projet, car les travaux engagent des coûts.

On peut parler du crédit à la consommation ou de prêt personnel pour le cas général de la Suisse, seulement, on précisera que cela ne garantira aucunement de l’absence des écarts qui peuvent être plus ou moins importantes dans la pratique et qui résulte des différences de situations au niveau de chacun de nos cantons. Encore une fois, la question de la localisation et bien entendu, notre statut par rapport à notre lieu de travail (résident permanent ou non, frontalier…) ne sont pas sans influence sur les marges d’actions que l’on peut effectuer dans le cadre de tout ce qui relève des demandes de crédits.

Qui peut bénéficier d’un crédit à la consommation en Suisse

Bien qu’il existe des distinctions bien posées entre les ressortissants suisses et les étrangers qui disposent d’un permis de séjour, ou encore les résidents et frontaliers, les offres que proposent les banques se diversifient en fonction des demandes de chaque client. La multiplicité des agences ou organismes auprès desquels on peut souscrire dépend de chaque canton, mais cela dépend aussi de l’offre qui convient à nos attentes.

A priori, chacun pourra y trouver son compte, l’important étant d’obtenir toutes les informations concernant par exemple une banque qui n’hésite pas à accorder un prêt à ses clients sans que pour cela elle leur appose un nombre incommensurable de contraintes ou de clauses. Dans ce sens, les solutions proposées seront au contraire source de problèmes futurs. Ceux qui doivent requérir davantage d’informations et mieux se renseigner parmi ceux qui peuvent aspirer à bénéficier d’un prêt seront donc sans aucun doute les étrangers qui malgré ce statut remplissent les conditions pour pouvoir en faire la demande. Quels que soient le canton où on se trouve et le type de crédits ou de prêts que l’on souhaite obtenir, tout est toujours une question d’étude de dossiers.

Banque ou compagnie d’assurance ?

Il faut savoir que même si une banque et une compagnie d’assurance peuvent toutes deux représenter deux organismes ou bien établissement de financement qui peuvent donc financer les projets de leur client, il y a forcément des différences. Ce qu’il convient spécialement de relever c’est qu’en termes de crédit privé ou de crédits perso à la consommation, la banque représente le seul qui puisse fournir des solutions et financer les particuliers. Les compagnies d’assurances n’investissant pas encore dans ces types précis de contrats.

Coût, délai, taux d’intérêt, mensualités, durée du remboursement…   

En fait, puisqu’on parle de contrats qui impliquent de l’argent et en principe des milliers et même des millions de francs CHF pour les banques qui accordent un crédit à plus d’un emprunteur, les conditions et termes du contrat ne sauront être expéditifs. Le prêteur doit s’assurer qu’il pourra récupérer le total de son argent dans le délai fixé. Les mensualités seront fixées en fonction de ces délais ou bien le délai sera arrêté en fonction des mensualités pouvant être réglées. Voilà qui conditionne la durée pendant lequel le paiement de chaque mensualité sera effectué. Les offres proposées par les banques au premier abord pourront être déclinées en offre particulier en fonction du besoin du client, les intérêts varient en fonction des dispositions propres au contrat et du montant en cause. Tout cela résultera en fait de l’étude du dossier. Avec les possibilités actuelles, une simulation de ce que pourrait être ce contrat de prêt pourra éventuellement être effectuée en ligne avec un aperçu par exemple de ce qu’impliquera le paiement de la mensualité. Un délai de rétractation équivalent à environ quatorze jour est en principe accordé après la validation du crédit.